Le manque d'écoles maternelles laisse les enfants 24.000 à la maison

Et les petits, que nous n'allons pas à l'école?

11 novembre, 2000

Le% 69 de Barcelone entre les années 0 et 3 ne pourra pas accéder à la crèche cette année. Les familles 1.700 ont été exclues des pré-inscriptions et beaucoup d'autres cessent d'essayer d'école leurs enfants, avec les problèmes que cela entraîne. Face à cette situation, les associations de parents exigent la création immédiate de places 1.700 pour ce cours. La prévision la plus optimiste, cependant, est la création de lieux 750 selon lesquels un accord entre la Generalitat et le conseil municipal pourrait se réaliser compte tenu du parcours 2001-2002.

"Garantir une éducation de qualité qui réponde aux besoins éducatifs actuels (...) et assurer une meilleure planification et gestion des infrastructures économiques et humaines ainsi que des infrastructures éducatives". C’est la première prémisse qui, dans le domaine de l’éducation, définit le projet d’éducation pour la ville de Barcelone dans la ville qui dirige le plan d’action municipal pour les quatre prochaines années.

C’est dans le cadre de cette éducation qu’il faut tenir compte de la première étape de la scolarisation de l’enfant, qui se fait dans les écoles maternelles de 0 aux années 3. Les pédiatres et les pédagogues s’engagent à souligner les avantages que les enfants apportent à leur crèche, en particulier à partir des mois 18 ou 20, et à établir des liens avec d’autres enfants.

En revanche, un 69% de Barcelone de 0 à 3 doit rester à la maison en raison du manque d’écoles maternelles dans la ville.

À l'heure actuelle à Barcelone, il existe des écoles maternelles 292, dont 43 est une entreprise publique (écoles maternelles 5 de la Generalitat de Catalunya et des écoles maternelles 38 du conseil municipal de Barcelone) et 249 sont privés (voir le tableau "Écoles "Cradle in Barcelona" par district).

Un chiffre insuffisant tenant compte des données statistiques du niveau d'éducation.

Carré pour 1 de chaque 4 Catalans

En Catalogne, plus de 168.000 enfants ont été inscrits jusqu'au 3 et seul 1 de chaque 4 peut avoir une place dans les centres publics et privés du territoire catalan (1998 le nombre de places était 40.680), selon un étude de l'Institut des sciences de l'éducation de l'Université de Barcelone.

À Barcelone, 34.778 est l’enfant de cet âge, selon les données 98-99 fournies par l’Institut d’éducation de Barcelone et la Délégation territoriale de l’éducation de Barcelone.

À propos des enfants 35.000, 31% (10.781) a accédé au cours 98-99 pour la crèche (de tous, seul 2.449 l’a fait dans une école publique) et le reste (proche de 24.000) a séjourné à la maison en attente de trouver une place dans l’année scolaire suivante.

En attente des nouvelles places 30.000 promises par la Generalitat

Face à la pénurie d'écoles maternelles, le conseiller en éducation de la Generalitat, Xavier Hernández, a promis, lors du mois de février de 1999, de promouvoir la création de nouvelles places dans les six prochaines années.

Des promesses ont également été faites en octobre lors de la campagne électorale des élections au Parlement de Catalogne: création, pour le cours 2000-2001, de nouvelles places 6.000 pour les écoles maternelles en Catalogne, dont 2.000 ils seraient destinés à Barcelone.

Les parents touchés commencent les revendications

Le non-respect des attentes créées dans le domaine de l'éducation des plus jeunes enfants a poussé les parents concernés à faire entendre leur voix. En mai, par exemple, plus de familles 2.000 se sont manifestées sur la Plaza de Sant Jaume à Barcelone pour demander à la Generalitat de Catalunya l'exécution de l'engagement pris.

Réunis par la Fédération des associations de parents d'élèves (FAPAC), parents et enfants ont revendiqué le droit à l'éducation pour les enfants jusqu'à l'âge de trois ans et l'élaboration d'une carte scolaire afin de définir plus clairement la demande territoriale. Besoin de zones d'influence.

Selon Carles Seara, porte-parole du coordinateur des associations de parents d'élèves de crèches et écoles maternelles de Barcelone, l'une des exigences spécifiques est que "l'administration a immédiatement créé, pour le cours 2000-2001, des places 1.700 ".

Ce chiffre correspond au nombre de familles de la ville qui ont été laissées sans place dans la préinscription à ce cours, un chiffre qui pourrait atteindre les étudiants 2.000 l’année prochaine.

Qui doit financer les nouvelles places?

La deuxième partie de la controverse a éclaté en juin dernier lorsque la conseillère actuelle en éducation de la Generalitat, Carme Laura Gil, a présenté le plan de création des locaux 6.000 de pépinières publiques.

Le plan, d'un montant total de 1.267 millions de pesetas, permet aux municipalités de recevoir des subventions, avec une limite de 200.000 pesetas pour chaque nouvelle place d'école, afin de promouvoir de nouvelles places 6.000 dans les centres de propriété municipale. Le ministre a également annoncé qu'une aide serait accordée pour l'entretien des écoles publiques et des centres privés à but non lucratif.

Mais le plan suscita de nombreuses critiques de la part des municipalités, qui estimaient que la Generalitat ne pouvait pas assumer la responsabilité de la création de places dans les conseils municipaux, qui ne disposaient ni de ressources ni de compétences. Le conseiller en éducation a répondu avec force: "En aucun cas les nouvelles crèches publiques de la Generalitat ne seront créées, mais nous garderons celles que nous avons déjà".

Le plan a également reçu des critiques au Parlement. Le parti d'opposition, le PSC, a prévenu les municipalités que l'aide de la Generalitat était si minime que le consistoire risquerait de mener à la faillite.

Le résultat a toutefois été un total de municipalités 156 dans l'appel à subventions, ce qui permettra la construction de places 5.868 en Catalogne.

La situation à Barcelone: ​​il n'y aura pas de nouvelles places ce cours

La liste des municipalités 156 subventionnées n'apparaît pas à Barcelone, bien qu'au moment du lancement du plan, il ait été annoncé que la ville pourrait recevoir plus de millions de 300, ce qui se traduirait par de nouvelles places 1.600 pour le 2000. 2001.

La situation actuelle à Barcelone est qu'il n'y aura plus de places pour les écoles maternelles pour le cours 2000-2001. Néanmoins, des discussions sont toujours en cours entre le conseil municipal et la Generalitat afin de créer un accord spécifique pour créer, au cours de l'année 2001, de nouvelles places 750.

Le chiffre est loin des lieux 1.700 revendiqués par les associations de parents d'élèves, une différence que le conseiller en éducation a attribuée au fait que "le conseil municipal n'a pas eu les ressources nécessaires pour les créer".

Quand le cours aura commencé, parents et enseignants s’attendent au décret que la Generalitat est en train de développer dans ce domaine.

Et que faisons-nous avec les plus petits?

Alors que les administrations s'efforcent de faire des calculs économiques et statistiques, des milliers de familles catalanes devront faire face à quelques problèmes: où arrêter les enfants pendant la journée?, Quel désavantage représente que l'enfant ne peut pas accéder Peut-on payer pour une crèche privée à l’école jusqu’à trois ans et trouver une place? Pouvons-nous avoir un deuxième, un troisième enfant ...? Une multitude de questions qui, dans certains cas, auront une réponse difficile.

Nous utilisons des cookies tiers pour collecter des informations sur vos visites et l'utilisation de notre site Web. Si vous continuez à naviguer sur ce site, nous comprendrons que vous acceptez l'utilisation de ces appareils. Plus d'informations: Politique de cookies

GTranslate