Jaume Alguersuari, pilote de Formule 1

"Il n'y a pas d'amis dans la formule 1"

11 novembre, 2010

Jaume Alguersuari est l'une des valeurs les plus prometteuses en Formule 1. Les auditeurs disent qu'il est destiné, si la chance l'accompagne, il deviendra un vrai numéro un. Avec seulement vingt ans, il a montré ses lettres de noblesse dans une équipe aussi modeste que Toro Rosso, avec laquelle il a réalisé les premiers points de la saison. Il y a beaucoup de travail à faire, mais cette Barcelone est prédestinée à la gloire et au succès.

Jaume Alguersuari (Barcelone, 1990) affronte sa deuxième saison en Formule 1 après que le passé 2009 ait commencé dans les exigences de la compétition avec l'équipe Toro Rosso. Maintenant, un an après ce jalon et déjà pleinement consolidé dans l'équipe de la modeste équipe italienne, l'objectif est d'atteindre le nombre maximum de points d'ici la fin de la saison.

On dit qu'en formule 1 vous ne pouvez pas avoir d'amis. Est-ce vrai?
Je dis toujours qu'il n'y a pas d'amis dans le FXUMUM, il y a des collègues, connus du paddock et des rivaux sur la piste.

Un autre sujet vendu par Formula 1 est celui de la solitude du pilote.
Pensez que les circuits sur lesquels nous sommes en compétition sont répartis dans le monde entier, ce qui signifie que nous passons de nombreuses heures dans les avions, les hôtels, etc. Évidemment, nous passons de nombreuses heures de solitude, bien que pendant la journée nous allons au circuit en travaillant avec les ingénieurs, en étudiant le circuit, etc.

Quelle relation entretenez-vous avec votre coéquipier Sébastien Buemi?
Sébastien et moi avons une très bonne relation. C'est un cavalier extraordinaire que j'apprends et, en plus, nous avons deux personnages très compatibles. Le fait qu'il ait seulement deux ans de plus que moi fait que nous avons beaucoup de points communs.

Et avec les autres pilotes espagnols?
La vérité est que nous voyons peu, avec Fernando et Pedro, mais nous entretenons une relation cordiale et j'ai un grand respect pour eux deux. Je vous souhaite tout le destin du monde dans le championnat F1 2010.

Pensez-vous que Fernando Alonso récupérera le désavantage qui doit prévaloir en Coupe du Monde?
Maintenant, la Coupe du Monde devient intéressante. Il est devenu évident que Ferrari, Mc Laren et Red Bull sont les voitures les plus fiables, et rien n’a encore été décidé. Il reste beaucoup de courses et je pense que rien ne sera décidé plus tard.

En ce moment, qui est le meilleur pilote?
Michael Schumacher sera toujours une référence dans le monde de l'automobile. J'aime aussi Fernando Alonso et Sebastian Vettel.

Vingt ans accumulent plus de succès que Fernando Alonso à votre âge.
Oui, la vérité est qu’en regardant mon palmarès, je peux être fier. Depuis que j'ai commencé à courir en kart, j'ai accumulé des exploits et obtenu des records de précocité. Tout cela a provoqué le pilotage d’un Toro Rosso aujourd’hui, mais le moment est venu de montrer tout ce qui reste à faire; Je vous assure que j'ai soif de victoire et que je veux apprendre et me battre pour être champion du monde.

Le grand dilemme. Que préfères-tu? Mc Laren ou Ferrari?
Je ne pouvais pas choisir, ce sont deux grandes équipes qui ont déjà démontré leur qualité. Mais qui avait fait confiance à mon potentiel quand Red Bull était âgé de quinze ans, ils m'ont fait confiance pour faire partie du Red Bull Junior Team (le programme des valeurs de la jeune équipe), après avoir été le meilleur du monde. Tests de sélection effectués sur le circuit d’Estoril (Portugal) au cours de l’année 2000, je m’assure donc que mon rêve soit d’être un pilote officiel Red Bull un jour.

Avez-vous pensé au luxe qui entoure le monde de la Formula 1?
Tout ce qui entoure ce sport est un petit attirail. Au cours des dernières années, le monde de l'automobile est devenu une grande attraction pour des milliers de spectateurs et a permis de séduire encore plus de fans à travers le monde par le biais d'images suggestives et attrayantes telles que les filles Hors de la grille de départ, les soirées organisées autour des grands prix représentent évidemment une dépense économique et un luxe qui s'éloignent du quotidien de milliers de spectateurs qui suivent les émissions de télévision de chez eux. Tout cela en fait un spectacle attrayant pour le spectateur, mais il est vrai que ce sport génère beaucoup d’argent.

Avez-vous remarqué la crise en Formula 1?
Je pense que personne n'a échappé à la crise. Chez F1, aussi difficile que cela puisse paraître, vous l'avez également remarqué. Pour commencer, les sessions de formation ne sont plus organisées les jeudis et vendredis comme les années précédentes, mais uniquement les vendredis. Cette mesure représente une très grande économie d’économie du point de vue de la consommation d’essence, etc.

Si vous n'aviez pas ce cadeau pour piloter quelle série en ce moment?
Cela aurait probablement lancé l'université et pourrait consacrer plus de temps à mon autre passion, la musique.

Pour commencer dans ce monde, vous devez avoir un bon soutien financier, non?
La vérité est que ce n'est pas un sport très bon marché. En ce qui me concerne, je suis très chanceux car ma famille n’avait à supporter que les dépenses lorsqu’elle courait en karts, car plus tard, Red Bull m’a fixé et m’a amené à faire partie de l’équipe junior Red Bull, Ainsi, depuis quinze ans, ma carrière sportive m'aide financièrement.

La figure de votre père a été très importante en ce sens ...
Évidemment À la maison, l’atmosphère du moteur a toujours été vécue, même si mon père était motard. Sans son soutien et celui de ma mère Carmen, je n'étais jamais arrivé où je suis aujourd'hui.

Y a-t-il des coureurs à admirer ou à inspirer en conduisant?
J'aime beaucoup Fernando Alonso, c'est un pilote très complet. Je tiens également à souligner Hamilton et Vettel, avec qui j’ai eu une carrière sportive très similaire. Nous faisions tous les deux partie du projet des jeunes talents de Red Bull et, par mon âge, je me sens très identifié.

Quel est l'objectif que vous vous êtes fixé pour cette saison?
Sans aucun doute, me classer dans tous les Q2, terminer toutes les courses et marquer autant de fois que possible. En ce moment, je remplis les objectifs, mais il reste encore beaucoup de courses et j’espère ajouter encore des points jusqu’en novembre.

Pour un gagnant, vous devez être un peu frustrant de rivaliser avec une voiture qui ne peut pas se battre pour la victoire ...
Les maisons commencent à construire pour la base et jamais pour le toit. Un pilote qui vient d’entrer dans le cirque de la Formula 1 sans expérience préalable ne peut aspirer à conduire une Ferrari ou un Red Bull. Je sais que je n'ai pas de voiture pour me battre pour les premières places, mais jusqu'à présent, la voiture réagit très bien et l'équipe fait un travail extraordinaire. Avec l’équipe Toro Rosso, j’apprends le métier et, le moment venu, il sera temps de montrer tout mon potentiel avec une voiture gagnante.

Certains disent que vous êtes de l'espanyol ...
Je ne suis pas spécialement footballeur, mais c'est vrai que j'aime beaucoup l'équipe de Mauricio Pochettino. En tant que Barcelone, je souhaiterais connaître les résultats des deux équipes dans la ville et j'ai toujours dit que je suis profondément admiratif pour Pep Guardiola pour son excellent travail avec le Barça, mais je pense que l'Espanyol n'a jamais eu la Le soutien populaire qu’il mérite et le fait qu’il soit une équipe plus modeste leur confèrent une affection particulière.

Votre avenir passe toujours par la Formule 1, mais au-delà? Avez-vous pensé à une sortie professionnelle?
J'ai toujours été clair sur le fait que les études étaient fondamentales dans ma vie, et c'est pourquoi, bien que ce fût très compliqué car j'ai beaucoup voyagé et manqué de nombreux cours, je voulais terminer le baccalauréat et m'assurer que Je voulais étudier à l'université aujourd'hui, je pourrais le faire. J'ai fini le baccalauréat et la vérité est que maintenant je ne pense pas à ce que je ferai demain. J'aime la musique, faire des DJ et aussi l'histoire de l'art.

Au fait, comment préférez-vous être informé de Jaume ou de Jaime?
Jaume, Jaime, James, tous sont les bienvenus. Je parle quatre langues (catalan, espagnol, anglais et italien) et, très tôt, habitué à voyager et à interagir avec des gens d'autres pays, j'ai l'habitude de prononcer mon nom dans différentes langues. Je n'aime vraiment pas ma tête, alors je n'ai aucune préférence!

Nous utilisons des cookies tiers pour collecter des informations sur vos visites et l'utilisation de notre site Web. Si vous continuez à naviguer sur ce site, nous comprendrons que vous acceptez l'utilisation de ces appareils. Plus d'informations: Politique de cookies

GTranslate