Les espaces verts, au centre du débat

Ester Benach

8 novembre, 2005

En mai, les espaces de stationnement verts de l'Eixample et de la vieille ville, à l'exception de Barcelone, ont été mis en service. Il a fallu peu de temps aux agents impliqués pour l’évaluer, mais dans la rue, il ya certaines impressions.

Les espaces verts ont terminé un mois. Les deux quartiers les plus centraux de Barcelone, l'Eixample et la Ciutat Vella (moins à La Barceloneta) ont été lancés. L'implantation a été faite entre l'incertitude de certains voisins qui ne savaient pas très bien quand les amendes pourraient commencer; De plus, entre actes de vandalisme, manifestations médiatiques, plaintes, signatures et beaucoup de travail de la part des responsables techniques et politiques du conseil municipal, qui ont dû faire face à des doutes, des indignations et des critiques des citoyens.

Tout à payer pour le stationnement
"Un nombre total de véhicules 1.150.000 accèdent chaque jour au centre-ville.
Et 93% d'entre eux veulent se garer. Comme tous les voisins qui y résident veulent le faire. La régulation du stationnement en surface est nécessaire si nous ne voulons pas arriver rapidement, dans une situation d’effondrement ". Ceci est le premier avertissement que nous recevons en accédant au site Web de la zone verte de la mairie de Barcelone (www.bcn.es/areaverda).
Le fait est que ce règlement a un caractère payant: la place privée, le paiement dans un garage ou, qui n’a aucune chose à faire, le stationnement dans la rue.
Il existe deux types de carrés. Les bleus nous sont déjà familiers et vivent avec nous depuis 1983. Le prix par heure est le même pour tout le monde, en euros 2,25, et fonctionne les jours de semaine, de 9.00 à 14.00 et de 16.00 à 20.00. Maintenant, la ville a augmenté le nombre et 4.381 existe déjà.
Les places dans la zone verte ont deux prix. Pour les résidents dûment accrédités de la région (avec la carte adhésive fournie par le conseil municipal), stationnez les centimes de côte 20 par jour. Les non-résidents ne peuvent utiliser un lieu "vert" que pendant deux heures maximum (selon la région, une heure seulement) et pour 2,75 euros par heure (plus cher que la zone bleue). Il existe cependant des endroits où les non-résidents ne peuvent ni se garer ni payer, par exemple à Ciutat Vella. À l'exception d'un cas spécifique, les heures de travail des zones vertes sont 8 le matin à 8 au crépuscule, du lundi au vendredi, et ne comptent pas les jours fériés ni en août.
À partir d’octobre 1, l’espace vert sera mieux compris. Les zones touchées ne sont pas encore définies mais ne sont sûrement pas mises en œuvre dans le district de Nou Barris et la Ronda del Mig servira de zone frontalière. "Les espaces verts devraient être utilisés pour lever la pression sur le parking dans les zones très encombrées et ainsi assurer que le voisin puisse garer la voiture près de la maison", a commenté le conseil de la mobilité de la ville de Barcelone.

La protestation citoyenne
Au cours de la première semaine, une petite période de grâce en termes de fonctionnement, tous les médias se sont fait l'écho des actes justifiés contre les espaces verts.
Le 3 en mai, la deuxième assemblée organisée par la Plate-forme de voisinage des marchands de Ciutat Vella et l'Eixample se sont remplis pour céder les locaux de l'Association de voisinage du quartier de la Sagrada Família. "Nous avons des lettres à ce sujet, nous ne valons pas quatre livres", s'est exclamé Xavi Clemente, l'un des commanditaires de la plateforme.
La deuxième réunion a eu lieu le mois de mai 9 chez Cádiz. Le conseiller en mobilité, Jordi Hereu, devait y assister, mais il a été suspendu à la fin de la journée, ce qui l'a reportée au 17 de mai et à un petit comité. L'assemblée a au moins servi à l'effondrement des voisins. "Je ne suis pas optimiste pour M. Hereu et le conseil municipal. Ce qui m'inquiète, c'est l'attitude que nous avons tous. Les seuls changements qui peuvent se produire sont basés sur notre force ", a déclaré Xavi Clemente.
Les voisins étaient aussi directs: "Il n’ya rien à négocier. C'est un NON ennuyeux et vous devez vous rendre à la réunion pour proposer le retrait absolu! "S'exclama un voisin pendant que d'autres s'asseyaient avec la tête. Un autre voisin est venu découvrir: «Il y a de nombreuses années, je travaillais avec eux, je les connais et nous ne pouvons le faire que de force. Vous devez demander le meilleur, car ils vous en donnent la moitié. "
Du conseil de la mobilité, ce malaise n'est pas trop compris. "Cette mesure a été débattue en conseils pléniers et chaque district a discuté avec les entités." À propos de l’agitation gratuite des résidents pour les habitants, le prix a été fixé lors de l’approbation des ordonnances fiscales d’ici la fin de l’année. Une fois approuvé, il y a une période d'exposition du public pour faire des allégations et, vous savez combien ont-ils fait? Trois Deux des partis d’opposition et un des conseils de guilde ".
Le président de l'Association des voisins du quartier de l'Eixample de la Sagrada Familia, Jordi Ligüerre, ne l'a pas vu de la même façon, qui a manqué plus de communication et d'informations avant la mise en œuvre de la mesure. Quoi qu'il en soit, Ligüerre est conscient que "les gens protestent beaucoup mais tout le monde paie. De plus, je rencontre même des voisins heureux, car ils trouvent maintenant une place pour se garer. "

Où va l'argent?
La méfiance de certains voisins provient également d'autres questions. "Si l'espace vert n'a pas de reprise, pourquoi ne crée-t-il pas l'euro solidaire?" Pourquoi la mairie ne donne-t-elle pas au tiers monde les millions d’euros qu’elle lèvera chaque année? ", Déclare un. "Le problème, c’est qu’un précédent est créé et, qui dit que l’année prochaine, l’espace vert n’aura plus de valeur?", Demande un autre.
Le conseil de la mobilité nous a dit qu'en principe, il n'y avait pas d'augmentation de prix, d'autant plus qu'un prix très différent avait déjà été recherché entre résidents et non-résidents. En ce qui concerne le sort des revenus économiques, le conseil nous dit que l'ordonnance municipale "détermine que tout ce qui est investi doit être dépensé pour le fonctionnement du système lui-même (c'est-à-dire le bon fonctionnement des parcomètres, à le paiement des justiciers qui, d'ailleurs, ne sont pas de la Guardia Urbana ...) et s'il y a un excédent, il doit aller complètement pour la mobilité, en particulier pour les transports publics. "
Les chiffres doivent être faits Les sources municipales fixent les dépenses d’entretien en millions d’euros par an. Pour sa part, le Partido Popular a récemment déclaré que la collection du consistoire 23 - uniquement dans les zones bleues - s'élevait à 2004'16 millions d'euros, soit 6% de plus qu'un budget. À ce chiffre, nous devrons ajouter la collecte dans les zones vertes et les amendes (90 par jour en moyenne selon les sources municipales).

Plus de provisions dans les transports?
Dans les Transports Métropolitains de Barcelone, le responsable du service de presse, Gustau Lamadrid, ne voit pas de lien direct entre l’introduction des espaces verts et la disposition dans les transports publics: "Différentes décisions sont prises, ce qui se passe est qu’elles ont toutes une objectif similaire: promouvoir les transports en commun et faciliter la mobilité. Mais ce renforcement n’est pas une conséquence de l’introduction d’espaces verts. " Lamadrid nous dit que des bus articulés 145 et des rames de métro 39 ont été achetés (chaque train est constitué de combois 5). Dans presque tous les cas, les nouveaux véhicules remplaceront les anciens, à l’exception de six trains qui renforceront la ligne 5, de trois lignes 2 et de trois autres lignes 3. De nombreux citoyens sont indignes de ce manque de liens, car ils estiment qu’avant l’introduction de la zone verte, les transports en commun, en particulier les transports interurbains, auraient dû être encouragés.
Et l’organe chargé de ce transport interurbain, la Metropolitan Transport Authority reconnaît qu’un effort important est fait pour l’améliorer, il donne également l’impression qu’il agira par la suite en ce qui concerne les renforts spécifiques, en particulier le Ils accompagnent l’implantation de la zone verte et dissuadent ceux qui viennent de l’extérieur de Barcelone de le faire en voiture. Des renforts spécifiques seront apportés "lorsque cela sera nécessaire et si la demande augmente, comme cela a toujours été le cas", commente l'ATM.

Où sont les voitures?
Depuis l’implantation de la zone verte, l’une des questions les plus fréquentes est "Où sont les voitures?". Il y a des rues qui ont étonnamment beaucoup de places libres, mais au contraire, dès la première semaine, cela avait été apprécié et l'augmentation importante du nombre de demandes de réinscription dans la ville faisait l'actualité et des avantages des résidents. La question est difficile à répondre et les impressions sont contradictoires.
Le service de presse du Servei Català de Trànsit, bien qu'il dispose bientôt de chiffres fiables, indique que "pour l'information fournie par les caméras, nous ne voyons pas de changements substantiels dans la longueur ou le calendrier des files d'attente" . Nous sommes toutefois avertis qu’une diminution ou une augmentation des véhicules 10.000, par exemple, leur est imperceptible, alors qu’elle peut entraîner des modifications sensibles de la circulation dans la ville.
En fait, selon les données d'évaluation fournies par le conseil municipal sur l'effet des zones vertes au cours des premières semaines, dans l'Eixample, il a été noté entre 7 et 12% des places libres.
Certains pensent que cette augmentation des espaces libres est due au fait que les conducteurs essaient de se garer dans des zones franches et qu’il est nécessaire d’attendre que la zone verte s’étende à d’autres districts pour voir s’ils remplissent réellement leur fonction. Quoi qu'il en soit, nous devrons attendre encore quelques mois pour vraiment savoir si la mesure adoptée par le conseil municipal de Barcelone, et que de nombreuses villes européennes implantées depuis longtemps, atteignent les objectifs pour lesquels elle est née. Si nous pouvons nous consoler, du moins n’avons-nous pas adopté le système japonais permettant d’obtenir un permis de circulation, il faut prouver qu’il existe une place de stationnement.

l'auteur

Ester Benach

Directeur d'excellence et de responsabilité sociale

Diplômé en sciences de la communication (UAB), diplômé en publicité et relations publiques (UOC), Master en responsabilité sociale des entreprises (UOC)

Plus d'information

ajouter le magazine à RSS

Nous utilisons des cookies tiers pour collecter des informations sur vos visites et l'utilisation de notre site Web. Si vous continuez à naviguer sur ce site, nous comprendrons que vous acceptez l'utilisation de ces appareils. Plus d'informations: Politique de cookies

GTranslate