La tradition des bains de vapeur

Albert Giménez

11 novembre, 2004

Il revendique un proverbe viking "Même la colère s'évapore dans le sauna." Le sauna et le hammam sont deux façons d'utiliser la thermothérapie, c'est-à-dire l'utilisation de la chaleur comme agent thérapeutique.

L'utilisation de la chaleur comme remède naturel remonte aux temps primitifs.

Dans la culture romaine, le sudatorium Il faisait partie des stations thermales et thermales, intégrées dans les gymnases (palestra). Au début, ils n'avaient que de l'eau froide.

À la fin du 5ème siècle avant JC, ces espaces thermaux prolifèrent dans toute la ville et deviennent des installations plus indépendantes et plus complexes. Ils ont offert des bains de vapeur (Laconium) et aussi des piscines ou des piscines avec de l'eau chaude (Caldarium)trempé (Tepidarium) ou froid (Frigidarium).

Dans la Grèce antique et à Rome, aller à ces installations est devenu un rituel de soins du corps qui a ajouté l'exercice de la pratique, des massages et des bains à diverses températures. Des traitements ont également été effectués pour nettoyer la peau, en dehors de l'application de crèmes et d'huiles.

Les toilettes publiques dans l'histoire

La tradition du bain turc (Haman) Il a continué à exister depuis des millénaires à ce jour. Dans le nord de la Russie, on l'appelle Banja et aux cultures américaines Temascales.

Au Moyen Age, l'église chrétienne a considéré "Le nettoyage spirituel est un fait plus important que le nettoyage du corps" et, même, généré le mythe que les spas romains étaient "un lieu de perversion". Et, malgré le fait que les villes médiévales avaient des toilettes publiques, l'église les considérait toujours comme des lieux de mauvaise réputation.

Pendant ce temps, les constructeurs médiévaux ont encore renforcé et évacué la fumée que l'utilisation de l'eau courante et le claveguard. Il n'est donc pas surprenant que l'hygiène personnelle soit rare pour la majorité de la population.

Ce n'est que dans les pays nordiques, où la romanisation n'est pas arrivée et où le christianisme en a pris le contrôle, que l'usage de ce qu'on appelle aujourd'hui le sauna est commun. Les Suédois et les Finlandais sont ceux qui utilisent le plus le sauna et leur attribuent des propriétés antidépressives, sédatives et équilibrées. En effet, la Finlande compte 5,1 millions d'habitants et 1,7 millions de saunas, rien de plus et rien de moins qu'un sauna pour trois personnes. "Le Finlandais est né et meurt dans le sauna" assure un dicton du pays.

Toujours dans l'Islam, le sauna a bénéficié de nombreux adeptes et non seulement autorisé les toilettes publiques, mais ont été encouragés avec des raisons hygiéniques, sociales et religieuses.

A l'Est, des pays comme le Japon avaient et ont une coutume millénaire en ce qui concerne le nettoyage personnel. Chaque maison avait sa salle de bain privée, qui pourrait être à la fois un seau et une piscine extérieure.

Heureusement, autour des XVIIIe et XIXe siècles, et grâce à la récupération de la culture classique, l'habitude hygiénique de «prendre l'eau» aux sources médicinales est répandue. Des spas apparaissent, de grands centres touristiques qui, en plus des sources thermales, proposent des hôtels de luxe, des boutiques, des salles de concert ou des casinos. Parmi les plus connus, nous mettons en évidence le « Bath » en Angleterre, « Vichy » France, le « Baden-Baden » en Allemagne, le « Saratoga Springs » en Amérique et « La Toja » en Espagne.

Mais aujourd'hui la possibilité de prendre des bains chauffés est totalement éteinte. La grande majorité des centres sportifs incluent des saunas et des bains de vapeur parmi leurs services, bien que - pour des raisons de confort, d'hygiène et aussi parce que la société évolue et que l'hygiène personnelle soit faite à la maison - l'orientation est seulement Ludicothérapie

Bain de vapeur ou sauna?

Que ce soit le bain de vapeur humide ou le sauna, la question est de pouvoir profiter des propriétés des bains chauds pour purifier la peau et détendre l'esprit.

La principale différence entre le sauna et le bain de vapeur est la présence d'eau. Le sauna est la chaleur sèche qui provient des pierres chauffées. L'augmentation de la température dans la cabine est ce qui nous fait transpirer. La température oscille entre le 70 et le 100 oC avec une humidité qui ne doit pas dépasser 25-30%.

En revanche, dans le bain de vapeur, la température est d'environ 45 oC et l'humidité est 100%. Ce niveau élevé d'humidité et de condensation provoque la transpiration.

Une autre différence est l'action de la chaleur dans le corps, puisque dans le sauna, il agit plus superficiellement dans l'épiderme et, dans le bain de vapeur, pénètre plus profondément.

Quelle que soit l'option choisie, il faut prendre soin de son utilisation et, surtout, de son abus. Il est déconseillé d'avoir plus de minutes 15 ou d'y aller tous les jours. Comme toute autre activité qui a des contre-indications, il est nécessaire que nous consultions le médecin. C'est lui qui peut nous conseiller sur l'opportunité de prendre des bains chauffés, combien il faut faire et par quelle procédure.

EFFETS

Augmentation de la température de la peau et des muqueuses et, dans une moindre mesure, des structures plus profondes

Stimulation de la sécrétion sudorale et de l'activité neuroendocrinienne

Amélioration de la circulation périphérique

Action relaxante, élasticité accrue et capacité fonctionnelle du tissu musculaire et des structures articulaires et périarticulaires

Augmentation de la capacité de réponse de l'organisme aux stimuli externes et activation des immunoréactions organiques

Action régulatrice de la dystonie neurovégétale et équilibre des réponses neuropsychiques

INDICATIONS

En tant que stimulus pour la capacité défensive naturelle du corps

Dans la récupération de l'effort physique

Dans la récupération fonctionnelle des processus de l'appareil locomoteur

Dans la récupération des processus respiratoires doux

Dans les troubles fonctionnels de la circulation

CONTRE-INDICATIONS

Réponse inadéquate des mécanismes de thermorégulation

Cardiopathies graves décompensées

Troubles circulatoires graves

Grave insuffisance respiratoire restrictive

Insuffisance rénale sévère

Hypertension sévère

Artériosclérose avancée

Diabetis

L'épilepsie

Glaucome

Conditions qui présentent une faiblesse

Grossesse

l'auteur

Albert Giménez

Médecin du sport et ostéopathe de la Claror Sardenya

Diplôme en médecine (UAB). Ostéopathe

Plus d'information

ajouter le magazine à RSS

Nous utilisons des cookies tiers pour collecter des informations sur vos visites et l'utilisation de notre site Web. Si vous continuez à naviguer sur ce site, nous comprendrons que vous acceptez l'utilisation de ces appareils. Plus d'informations: Politique de cookies

GTranslate