L'alimentation de la première année

Emma Esteba

9 novembre, 2010

Lorsque le bébé est né, les mécanismes de déglutition ne sont pas complètement développés, il lui manque la maturation de divers processus digestifs (déficit enzymatique, absorption de différents nutriments ...) de la filtration et de la concentration rénale, du système immunitaire ... C'est pourquoi L'introduction de différents aliments doit être progressive et adaptée.

Le lait est le premier aliment que prend la nourriture dès les premières heures de la vie. Qu'il provienne de la mère ou de lait adapté, il garantit tous les nutriments nécessaires à un organisme petit et immature, en particulier les quatre ou cinq premiers mois.

L'alimentation du nourrisson (également appelée beikost) ne doit pas fournir plus de 50% de vos besoins énergétiques quotidiens. Au fur et à mesure que le bébé se détache, de nouveaux aliments doivent être introduits dans les quantités appropriées. Cependant, de la même manière qu'il n'est pas conseillé d'introduire des aliments avant le quatrième mois, il est important de les introduire dès le cinquième mois de la vie, période pendant laquelle les besoins nutritionnels augmentent.

La diversification alimentaire devrait donc commencer à partir du cinquième ou du sixième mois, lorsqu'elle sera consolidée d'un certain point de vue métabolique mature et que la capacité d'assimilation sera accrue parallèlement aux besoins nutritionnels. De nouvelles capacités comme le réflexe masticatoire ou la déglutition avec la partie interne de la langue apparaissent également. Et comme le système digestif a considérablement évolué, l’estomac peut recevoir plus de nourriture, une fonction rénale mature et développer de nouvelles enzymes intestinales, ce qui nous permet de commencer à introduire des aliments à texture moins liquide, par exemple. Par exemple, les protéines animales telles que la viande et le poisson.

Mais il est nécessaire de faire attention lors de l'introduction et de la progression des aliments, car un excès ou la précipitation de tout aliment peut entraîner des problèmes de digestion, des intolérances ou des allergies alimentaires importantes, aiguës ou chroniques.

Aux septième et huitième mois, le bébé améliore la mobilité des lèvres et de la langue et la capacité de passer de la nourriture de la partie antérieure de la bouche à la partie postérieure, améliorant ainsi la déglutition et l'assimilation des textures. plus épais La maturité de votre système digestif vous permet d'assimiler des protéines végétales telles que le gluten et d'autres animaux tels que les jaunes d'oeufs.
Vous êtes déjà entré dans le dernier trimestre, la coordination entre la déglutition et la respiration est assez consolidée et vous pouvez diviser la nourriture en quatre repas simples par jour. Vous pouvez également essayer de nouvelles textures comme des morceaux de nourriture écrasés ou écrasés.

Une fois que le bébé est âgé d'un an, il peut prendre toutes sortes d'aliments. À ce stade, il faut prendre soin de diversifier et de varier les plats, ainsi que les saveurs et les couleurs, de manière à ce que tous les goûts et tous les arômes se développent.

Conseils nutritionnels
Par précaution, il ne faut pas abuser de la cuisson trop élaborée, des raisins secs, des aliments frits et des aliments précuits, et il est préférable de cuisiner avec des huiles végétales, riches en acides gras essentiels.

En ce qui concerne la condimentation, nous n’avons pas besoin d’ajouter de sel car les aliments en contiennent déjà suffisamment et la seule chose que nous pourrions réaliser est de surcharger les reins du bébé.

Le sucre est un autre aliment que nous ne devrions pas ajouter ni aux produits laitiers ni aux préparations à base de fruits, car le risque de problèmes de santé comme la carie ou l'obésité, entre autres, augmente.

Nous devons également veiller aux quantités et, en particulier dans le cas de la viande et du poisson, il est important de s’ajuster aux grammes indiqués en fonction du repas et de l’âge. N'oublions pas que pour ne pas donner plus de protéines, nous aurons un bébé mieux nourri, au contraire! Et surtout, nous devons fuir les graisses animales saturées.

Une fois que la nourriture est préparée, vous devez être patient lors de l'introduction de nouveaux aliments et des changements de texture. Marcher le long du chemin facile et tout écraser peut ralentir le développement maxillo-facial. Mais il ne faut pas tomber dans l’erreur de toujours faire des menus monotones et avec les mêmes aliments. Il est important d'encourager, c'est-à-dire de pratiquer, la saine habitude de prendre quatre ou cinq repas par jour et, par conséquent, plus ils seront attractifs, plus faciles à préparer.

Enfin, rappelez-vous que les plus petits de la maison sont un plus et qu’il est donc important pour eux de manger à la table et de faire des expériences avec leur cuillère.

TABLE INTRODUCTION DES ALIMENTS

Premier mois: poitrine adaptée ou lait. 6 / 7 pris quotidiennement. Entre 20 et XNUMx ml par proie.
Deuxième mois: poitrine adaptée ou lait. 5 pris quotidiennement. XNUMx ml par proie.
Troisième mois: poitrine adaptée ou lait. 6 pris quotidiennement. XNUMx ml par proie.
Vous pouvez introduire du jus de fruit *
Quatrième mois: sein ou lait de suite. Purées de fruits ou de légumes * Haricots sans gluten (cuillères 1 ou 2). 4 / 6 pris quotidiennement. Entre 130 et XNUMx ml par proie.
Cinquième mois: sein ou lait de suite. Fruits ou légumes * Haricots sans gluten (cuillerées à soupe de 4). 5 pris quotidiennement. XNUMx ml par proie.
Sixième mois: introduction de 10-15 g de viande blanche et de poisson * 4 / 5 pris quotidiennement. Entre 180 et XNUMx ml par proie.
Septième et huitième mois: introduction de céréales avec du gluten. Légumes et / ou céréales avec 25 g de viande, poisson ou jaune d'oeuf * Purée de fruits. Minimum un demi litre de lait. 4 pris quotidiennement. XNUMx ml par proie.
Nouveau mois jusqu'à l'année: Il augmente la quantité de protéines animales à quelques grammes de 40-50 deux fois par jour. Desserts laitiers 4 pris quotidiennement. XNUMx ml par proie.

* L'introduction du type de légumes, fruits, viande et poisson doit être déterminée par le pédiatre.

l'auteur

Emma Esteba

Nutritionniste de la Claror Cartagena

Diplôme en Diéthique et Nutrition Humaine (UB), Diplôme d'Etudes Supérieures en Obésité, Diplôme d'Etudes Supérieures en Phytothérapie

Plus d'information

ajouter le magazine à RSS

Nous utilisons des cookies tiers pour collecter des informations sur vos visites et l'utilisation de notre site Web. Si vous continuez à naviguer sur ce site, nous comprendrons que vous acceptez l'utilisation de ces appareils. Plus d'informations: Politique de cookies

GTranslate