En vélo pour l'Andalousie

4 novembre, 2010

TransAndalus est un itinéraire circulaire de 2.000 km avec un vélo de montagne qui traverse les provinces de Málaga, Grenade, Almería, Jaén, Córdoba, Séville, Huelva et Cadix. 500 km et plus de 9.600 m de pentes abruptes traversant la péninsule jusqu’aux paysages presque lunaires de la côte d’Almeria.

La première phase du TransAndalus va d’Alhama de Garanda à Jayena et correspond à 39,5 km et 915 m de différence accumulée (da).

Il se caractérise par des sentiers et des chemins surprenants, parfois des techniciens et des essayeurs, mais toujours très amusant. Ne quittez Alhama de Granada que pour rejoindre le spectaculaire canyon de Tajos et vous rendre à la limite du parc naturel des Sierras de Tejeda. La dernière partie de l’étape est la plus drôle, avec une forte montée pour un atterrissage INFOCA et une dernière piste d’essai qui nous mène au village de Jayena.

La deuxième étape nous amène à Nigüelas (44,5 km et 1.080 m donne). Les premières rampes de la chaîne de Chaparral sont difficiles mais, plus tard, dans la Sierra de Los Guájares, une descente très amusante commence. Nous avons un morceau de descente vers le magnifique village de Restabal, au milieu de la vallée de Lecrín (vallée de la joie, pour les Arabes), où, à travers les orangers, nous profitons de la vue et de la chaleur du soleil. Andalou Nous brûlerons les dernières cartouches de force lors d’une ultime montée de quelques 450 jusqu’à Nigüelas, aux portes du parc naturel de la Sierra Nevada.

Le troisième jour, le parcours prend de l'altitude et de la dureté: nous nous tournons vers Pampaneira (42,5 km et 1.560 m donnent). Nous quittons l'ascension de Nigüelas, avec des rampes de 20% qui nous font bientôt prendre beaucoup de hauteur et entrer en température. Nous joignons des courbes dans un pan qui semble être sans fin. Quand nous sommes près des maisons de Tello, à presque 1.800 m d'altitude, nous entrons dans des sentiers amusants où nous jouissons des murs qui se terminent aux sommets du Cerro del Caballo, du Tajo de los Machos et de Tozal del Cartujo et de ses ravins correspondant Après quelques kilomètres de plus, nous trouvons une longue descente le long du large chemin qui mène à la route qui mène au village bucolique de Pampaneira, qui offre une vue sur certains des villages les plus typiques de Las Alpujarras.

Dans la quatrième étape, nous quittons l'autoroute et nous entrons par la Sierra Nevada à l'état pur (45 km et 1.290 m donnent). Nous traversons les magnifiques villages de Bubión i Capileira, d’où nous sortons de l’asphalte et prenons une piste solitaire qui, au-dessus du 1.800 m, est sans poil. Nous atteignons enfin la descente de Trevélez, au pied du sommet de Mulhacén (le toit de la péninsule ibérique), ville réputée pour ses nombreux séchoirs à jambons. Ce qui reste maintenant est facile, à la seule exception d’un tronçon compliqué qui se termine par un motocross et qui, sur une bicyclette munie de bunkers, peut être qualifié de téméraire. Déjà en descente, par une route goudronnée, nous entrons dans la ville de Cádiar.

La cinquième section est courte, de Cádiar à Laroles, et sert à nous renvoyer un peu (28,5 km et 1.070 m donne). Cependant, à la sortie de Yágor, et en traversant les villes du Monténégro et de Yegen, il existe de bonnes rampes d'escalade. C'est dans cette dernière ville que l'écrivain britannique Gerald Brennan a vécu sept ans et a écrit, entre autres, le célèbre livre Au sud de Grenade. Passé Válor trouve une autre surprise: une étape compliquée qui se termine par une forte rampe impossible à monter sur le vélo et qui nous oblige à terminer le chargement sur l'épaule. Nous arrivons ainsi à Mairena et à Júbar, deux villes qui semblent prises au piège dans le temps. Avant de descendre à Laroles, nous avons déjà deviné, au loin, le bleu infini de la mer Méditerranée.

De Laroles à Instinct (étapes 6, 56 km et 1.100 m), l’itinéraire traverse des paysages désertiques. Nous arrivons par la route à Bayarcal, la plus haute ville d’Almería, puis nous continuons à grimper jusqu’à Paterna del Río, où nous entamons une bonne descente vers Guarros. Après avoir traversé le village, nous remontons un peu pour y arriver, puis dans une douce descente vers Laujar de Andarax, le plus grand village de Las Alpujarras à Almeria. Le tronçon suivant est l’un des plus désolés et des plus solitaires, et atteint l’extrémité est du parc national de la Sierra Nevada et ses villages blancs en pente. Nous sommes au début du désert de tavernes, où sont produites certaines des meilleures huiles. Nous sommes arrivés ainsi, au bord de la chaîne de montagnes Gádor, dans la paisible ville de Instinción.

La septième étape décrit la dernière grande montée de la route (76 km et 1.620 m donnent). Au départ d'Instinción, les premiers km 20 sont en hausse, plus de 1.000 m qui traversent des forêts de pins et des fermes (cortijos) tandis que nous apercevons de l'autre côté de la vallée la Sierra Nevada, la Serra dels Filabres, la Sierra Alhamilla et le désert de Tabernas. C’est alors que nous apercevons le front de mer et l’énorme extension de serres en plastique formant le Campo de Dalías, entre les villes d’El Ejido et de Roquetas de Mar. Sans doute un paysage étrange qui ne laisse pas indifférent. Une fois à Enix, pour descendre à Almeria, il y a 25 km, dont la plupart passent par une ancienne voie romaine pavée qui teste nos armes.

La huitième étape s'est déroulée sur les rives de la Méditerranée, d’Almería à Cabo de Gata (30 km et 55 m da). Nous allons passer très près des plages de Torre García, des Amoladeras et du Charco, et la vérité est que, après quelques jours sur la montagne, c'est un plaisir.

Avant-dernière étape: de Cabo de Gata au paysage lunaire de l'Isleta del Moro (30 km et 500 m donne). Après une courte montée sur la route, nous atteignons le phare de Cap de Gata. Ensuite, la piste traverse des falaises spectaculaires. Nous nous trouvons avec de nombreuses petites criques et plages. À celle de Los Genoveses, les troupes catalanes et génoises de l'année 1121 débarquèrent pour combattre le régime musulman. Une fois arrivé dans la ville touristique de San José, nous gravissons des falaises où la montée raide et le mauvais état du sentier nous obligent à descendre du vélo. Cela vaut la peine, cependant, de le télécharger, car les vues sont spectaculaires. Nous nous retrouvons sur une route et tournons à Isleta del Moro.

Fin du voyage: la dixième et dernière étape nous emmène de l’Isleta del Moro à Agua Amarga (35 km 525 m donne). Cette étape nous conduit au parc national de Cabo de Gata, plus solitaire bien que le littoral du parc. Nous partons ensuite vers Rodalquilar, d'où nous empruntons une piste qui nous conduit à des mines d'or abandonnées. Nous continuons à grimper avec une belle vue sur la pointe de Piedra Negra et ses environs. À travers des champs qui ressemblent à des miracles sur cette terre aride et dure, nous traversons plusieurs fermes, jusqu'à atteindre le village isolé de Fernán Pérez. À partir de là, il faut descendre dans des champs de cultures et d’autres fermes jusqu’à notre retour, pour terminer notre route, le bleu de la mer dans le magnifique village de Agua Amarga.

ajouter le magazine à RSS

Nous utilisons des cookies tiers pour collecter des informations sur vos visites et l'utilisation de notre site Web. Si vous continuez à naviguer sur ce site, nous comprendrons que vous acceptez l'utilisation de ces appareils. Plus d'informations: Politique de cookies

GTranslate